La carta

(Violeta Parra,
Chile - 1962)

Me mandaron una carta
por el correo temprano,
en esa carta me dicen
que cayó preso mi hermano,
y sin compasión, con grillos,
por la calle lo arrastraron, sí.

La carta dice el motivo
de haber prendido a Roberto :
haber apoyado el paro
que ya se había resuelto.
Si acaso esto es un motivo
presa voy también, sargento, sí.

Yo que me encuentro tan lejos
esperando una noticia,
me viene a decir la carta
que en mi patria no hay justicia,
los hambrientos piden pan,
plomo les da la milicia, sí.

De esta manera pomposa
quieren conservar su asiento
los de abanico y de frac,
sin tener merecimiento,
van y vienen de la iglesia
y olvidan los mandamientos, sí.

Habrase visto insolencia,
barbarie y alevosía,
de presentar el trabuco
y matar a sangre fría
a quien defensa no tiene
con las dos manos vacías, sí.

La carta que he recibido
me pide contestación,
yo pido que se propale
por toda la población,
que el «león» es un sanguinario
en toda generación, sí.

Por suerte tengo guitarra
para llorar mi dolor,
también tengo nueve hermanos
fuera del que se engrilló,
los nueve son comunistas
con el favor de mi Dios, sí.







Debilitamiento de la vocal tónica
COMENTARIOS










Traducción

La Lettre

On m'a envoyé une lettre
tôt par la poste,
dans cette lettre on me dit
que mon frère a été fait prisonnier,
et que sans ménagement, les fers aux pieds,
dans les rues ils l'ont traîné, oui.

La lettre dit la raison
de l'arrestation de Roberto :
avoir soutenu la grève
qui avait été décidée.
Si cela est vraiment un motif
arrêtez-moi aussi, sergent, oui.

Moi qui me trouve si loin,
attendant une nouvelle,
la lettre vient me dire
qu'il n'y a dans ma patrie pas de justice,
les affamés demandent du pain,
c'est du plomb que leur donne la milice, oui.

C'est de cette façon pompeuse
qu'ils veulent maintenir leur pouvoir,
ceux qui portent frac et évantail,
sans le moindre mérite,
ils vont à l'église et en reviennent
et oublient les commandements, oui.

Voyez cette insolence,
la brutalité, la fourberie
d'inverser les rôles
et de tuer de sang-froid
celui qui est sans défense,
les deux mains vides, oui.

La lettre que j'ai reçue
demande ma réponse ;
je demande qu'on la diffuse
parmi toute la population,
qu'on sache que le "lion" est un sanguinaire
dans toute sa lignée, oui.

Heureusement j'ai une guitare
pour pleurer ma douleur,
j'ai aussi neuf frères
à part celui qui est aux fers,
les neuf sont communistes
avec la faveur de mon Dieu, oui.



atras